Pourquoi le survivalisme va devenir à la mode ?
Culture survivaliste Lectures

Oui, le survivalisme attise les curiosités en ce moment. Tout le monde pense COVID-19 mais les raisons pourquoi le survivalisme va devenir à la mode sont bien plus profondes et complexes que le contexte pandémique que nous vivons.

Il est une question que ressentent de nombreuses personnes lorsqu’elles sont confrontées à la fin imminente de la civilisation causée par le réchauffement climatique, le pic pétrolier ou autre. « Que feriez-vous ? ». Pour la plupart d’entre nous, la seule chose à faire est de chercher plus d’informations et il y a beaucoup de sites web, de livres et de films sur la survie qui apparaissent en ce moment.

Comme l’évoque le site Science et Vie dans son article, notre civilisation est elle en train de s’effondrer ?  , le monde que l’on connait risque l’effondrement. On assiste de plus à une recrudescence des documentaires pessimistes et le message est clair et simple : Nous sommes dans le pétrin.

L’objectif de tous ces documentaires et autres ouvrages survivalistes est de sensibiliser les gens à l’imminence de crises mondiales et de les inciter à prendre des mesures pour les prévenir, les éviter ou y survivre. Mais ils peuvent avoir un effet indirect indésirable en créant un sentiment de désespoir ou de déni chez le lecteur ou le spectateur. (le syndrôme « Que feriez-vous ? ») Comment expliquer autrement la lenteur du changement ?

Une tradition de survie

Avez-vous déjà entendu tout cela ? Le survivalisme est au moins aussi vieux que la révolution industrielle, sinon plus. John Dryzek, auteur de The Politics of the Earth (1997), explique comment les premiers survivants ont été William Forster Lloyd et Thomas Malthus. Le premier a écrit sur les contrôles de la croissance démographique en 1833, après que le second ait rédigé son célèbre traité sur les principes de la population, achevé en 1798. Ensemble, ils ont introduit les idées de sur-utilisation d’un bien commun public et les dangers d’une croissance démographique incontrôlée.

Les survivants sont victimes des critiques selon lesquelles ils ont trop facilement négligé l’ingéniosité, la créativité, l’intelligence, l’innovation, la technologie et notre fantastique résistance et capacité d’adaptation.

Avec tout ceci, les scientifiques tentent de nous avertir des capacités de charge des écosystèmes qui peuvent être dépassées lorsque les populations s’accroissent au-delà de ces capacités et que les écosystèmes s’effondrent ensuite. En tant qu’ingénieurs et géologues, ils nous mettent en garde contre les limites qui existent en termes de ressources dont nous dépendons pour notre société industrielle moderne.

Ils ont été les porte-drapeaux du discours survivaliste, mais leurs voix ont été noyées dans un discours sur le changement radical de la durabilité dans les années 1990.

Ne soyez pas si pessimiste

L’une des raisons pour lesquelles le survivalisme a tendance à passer au second plan dans les discussions sur l’environnement mondial est que beaucoup le considèrent comme trop pessimiste et qu’il n’offre pas de solutions pratiques ni de voie à suivre. En leur temps, les premiers survivalistes a été vilipendé pour avoir miné nos notions de progrès matériel et d’accumulation de richesses. Peu de choses ont changé.

La bombe démographique décrite par Ehrlich ne cesse de faire tic-tac et n’explose pas. Le concept de limites à la croissance reste invisible pour la plupart des gens ordinaires et les survivants sont victimes des critiques selon lesquelles ils ont trop facilement négligé l’ingéniosité humaine, la créativité, le génie, l’innovation, la technologie et notre fantastique résilience et capacité d’adaptation.

Le même clivage optimiste/pessimiste entoure les débats sur le changement climatique, le pic pétrolier, la biodiversité et la sécurité alimentaire. Les propos tenus sont très sensés et, pour être honnête, un point de vue optimiste correspond mieux à la réalité du capitalisme mondial. Une démarche survivaliste sur son principe,  va complètement à l’encontre de nos modes de vie basés sur la consommation. Elle présente donc un attrait limité pour les dirigeants politiques et pratiquement tout le monde.

Et si les survivalistes avaient raison ?

Mais alors, pourquoi le survivalisme va devenir à la mode ?

La partie triste de l’histoire du garçon qui criait au loup est le fait que le loup était réel. La vérité est peut-être que nous avons entendu parler de la crise en cours tant de fois maintenant, que nous sommes comme les villageois qui décident que nous n’allons pas nous précipiter pour sauver le garçon la prochaine fois qu’il crie au loup et que nous risquons volontairement de perdre les moutons. C’est peut-être parce qu’il y aura toujours des loups, sous une forme ou une autre.

Mais dans ce cas, le loup est-il réel ? En 2008, Graham Turner a comparé les scénarios « Limites de la croissance » avec des données réelles de 1970 à 2000. Il a conclu que les données réelles correspondent étroitement à leur « course normale » ou « scénario de maintien du statu quo ». Ceci se traduit par un effondrement mondial avant le milieu de ce siècle. C’est un message assez inquiétant.

Cependant, ce message ne passe pas. Peut-être que le grand public est confronté quotidiennement à la question de la survie avec le défi de maintenir l’emploi en période économique difficile et qu’il n’a donc qu’une attention limitée pour les questions plus importantes, telles que l’état du monde dans un avenir proche. « Quelqu’un d’autre devrait s’en occuper », espèrent-ils.

Peut-être que le message survivaliste n’aura de pertinence pour tout le monde que lorsque la crise se produira réellement. Alors les doigts seront pointés et les gens diront : « Pourquoi personne ne nous l’a dit ? Si quelqu’un commence à écouter d’ici là, les survivalistes répondront : « Pourquoi personne ne nous a écoutés avant ?

Mais si nous sommes vraiment à un certain tournant et sur le point d’entrer dans une ère de pénurie dans un monde sous contrainte carbone, alors la question se pose : « Comment faire passer ce discours ? Peut-être, malheureusement, sommes-nous incapables de le faire et cela pourrait être une des raisons de l’effondrement des civilisations. Avons-nous le choix ? Avons-nous déjà choisi d’échouer ?

Les civilisations meurent par suicide, et non par meurtre. Les mayas en sont le parfait exemple. Même les sociétés qui excellent dans la résolution des problèmes peuvent échouer lorsque leurs fixations mentales empêchent la résolution des problèmes ultérieurs. Disons, par exemple, que notre premier défi était de fournir une énergie bon marché et que nous l’avons trouvée dans le pétrole. Cependant, nous sommes maintenant tellement obsédés par ce défi qu’il est difficile de savoir comment répondre à un monde avec de moins en moins de pétrole.

Ou alors, assistons-nous aux premiers pas vers l’intégration de ces préoccupations avec la multiplication des sites web, des livres et des films visant à populariser les notions de rareté, de resilience et de contrainte ? Le survivalisme est-il en train de revenir furtivement à la mode, même si la plupart des gens n’écoutent toujours pas ? En tout cas maintenant, vous savez pourquoi le survivalisme va devenir à la mode !